logo
 

(Entretien) Abdoulaye Diallo
“ J’ai fait ce que j’avais à faire”

29/05/2017

Abdoulaye Diallo, c’est au moins une dizaine d’arrêts en trois matchs et... zéro but concédé. Une CAN complète, quelque peu entachée par la perte de son duel face à Fabrice Ondoa, gardien du Cameroun, lors des tirs au but (4-5). Pour “Libération”, le portier des Lions revient sur cet épisode non sans prédire un avenir radieux pour ses coéquipiers.
Le Sénégal a été éliminé par le Cameroun, en quart de finale (0-0, tab : 4-5), après avoir terminé en tête de la poule B. N’est-ce pas décevant ?
Oui, c’est sûr. On avait des ambitions dans cette Coupe d’Afrique, on voulait aller plus loin. Dieu en a dédidé autrement. Il faut vite passer à autre chose, se concentrer maintenant sur les futures échéances. Auparavant, faudra-t-il travailler en club pour retrouver la forme.
Personnellement, comment avez-vous vécu votre première phase finale ?
C’était une bonne expérience. Je suis content de l’avoir vécue. Ça aurait été magnifique si on était allé jusqu’au bout. Ce n’est pas le cas. Il reste que je suis vraiment content d’avoir participé a ? cette CAN. C’est un honneur et une fierté de représenter son pays. Même si ce n’est pas passé, on a tout donné. Inchallah (S’il plait à Dieu), les prochaines CAN seront meilleures.
Avant la CAN, ne craigniez- vous pas de perdre la place de numéro un avec la concurrence de Khadim Ndiaye (Horoya AC) et autres ?
Non. J’étais prêt à jouer. Maintenant, si le coach (Aliou Cissé) avait décidé de faire jouer quelqu’un d’autre, je l’aurais accepté. Entre nous, il n’y a pas de soucis. On est trois gardiens très soudés. C’est ça le plus important.
Vous avez donc fait le bon choix d’aller à Rizespor (Turquie), en prêt, pour avoir des matchs dans les jambes ?
Bien sûr. C’est le but du prêt : rester compétitif pour s’offrir le maximum de chances afin d’être le numéro un et donc jouer cette CAN. Maintenant, il s’agit de continuer à faire de mon mieux en club.
Durant ce fameux quart de finale, il y a eu un duel de gardiens entre vous et Fabrice Ondoa. Et vous avez finalement perdu au change...
Je ne sais pas si j’ai perdu au change ou pas. Moi en tout cas, j’ai fait ce que j’avais à faire. Apparemment, il a eu plus de réussite à la séance des tirs au but. C’est bien pour lui et son pays.
Libération



Cinq saisons sans Liga, à l’échelle du grand Real, c’est une éternité, une anomalie, une (...)

Lire l'article →

Le ratio est faible : moins de 14%. À un peu plus de 2 mois des élections législatives, (...)

Lire l'article →

C’est la grosse affaire en ce moment à la rue 13X8 de la Médina. Un homme présenté comme (...)

Lire l'article →

Le président américain Donald Trump s’est déclaré dimanche porteur d’un message "d’amitié, (...)

Lire l'article →

Le panafricaniste de renom, Kemi Seba, président de l’Urgences panafricanistes, présent (...)

Lire l'article →

L’analyse des 50 cas de décès maternels enregistrés à l’Hôpital régional de Kaffrine en (...)

Lire l'article →

Le Sommet islamo-arabo-américain se tient présentement à Riyad, la capitale du royaume (...)

Lire l'article →

Chassez le naturel et il revient au galop ! A Diourbel, les camarades de parti du (...)

Lire l'article →

Seydou Guèye, porte-parole du gouvernement et de l’Alliance pour la République (Apr), (...)

Lire l'article →

Le sommet arabo-islamique et américain s’ouvre ce dimanche à Riyad, capitale de l’Arabie (...)

Lire l'article →